Intervention du Président à l'Assemblée Nationale / transcription

Ecrit par : Fondation Pilèje | Publié le :
Medium capture d e cran 2016 01 19 a  09.05.54

JEUDI 1ER OCTOBRE 2015 / PALAIS BOURBON Invitation de La Fondation Pilèje

Initiatives originales et prévention ? Passer du concept de démocratisation de la prévention santé à la réalisation d'actions concrètes, c'est le défi qu'ont su relever les trois intervenants suivants, auteurs d'initiatives originales en faveur des populations moins aisées, défavorisées ou précaires.

Flavio NERVEGNA Président de l'association Tous à table « J’ai fondé Tous à Table en 2011, à la fois par nécessité et par hasard, au terme d’une interrogation sur les moyens qui pourraient être mis en œuvre afin d’ouvrir les portes des restaurants aux personnes en difficulté pour un moment de convivialité partagé. » « Nécessité parce que je menais une vie dans le milieu du spectacle, du luxe et des marques qui a fini par me lasser car j’estimais qu’elle manquait de sens et d'objectifs. Hasard lié à une rencontre avec un restaurateur disposant de beaucoup de moyens qui avait découvert lors du décès de son père, un grand cuisinier, que celui-ci vivait dans une chambre de bonne, mais n'avait pas osé lui en parler. J’ai été très touché par cette histoire. C’est alors que m’est venue l’idée de créer l’association Tous à Table. »

La grande restauration accessible aux personnes en difficulté L’objectif était de convaincre de grands restaurateurs d’accueillir de manière ponctuelle et sans perte financière importante des personnes qui n’avaient pas poussé la porte d’un restaurant depuis plusieurs mois, voire plusieurs années par manque de moyens. « Je leur ai proposé de réserver 20 % de leurs chaises lors d’un déjeuner ou d’un dîner pour des personnes qui ne paieraient que 10 % de l’addition du repas. En contrepartie, je leur garantissais, grâce à mon réseau, que les 80 % restantes seraient occupées par des clients qui paieraient en totalité le prix du repas. »

« Nous avons testé le concept avec un déjeuner dans le XVe arrondissement de Paris ».

« Chez moi, aller au restaurant, cela arrivait deux ou trois fois par an. Et il y avait toute une procédure : s’habiller pour aller au restaurant. On le prévoyait. C’était quelque chose d’important. »

La crainte d’un éventuel « choc » qu’aurait pu engendrer la mixité sociale dans ces grands restaurants s’est révélée sans fondement. « Finalement, cette expérience a été formidable ».

Les restaurateurs étaient ravis d’être impliqués dans cette aventure car ils portent en eux des valeurs de partage et de transmission, mais n'ont pas toujours le temps de participer à des actions de solidarité. Les personnes qui ont été accueillies, souvent des familles monoparentales, ont bénéficié du même service de qualité que tous les autres clients. Le fait de pouvoir prendre un repas dans un restaurant leur a redonné confiance en elles. « J’ai vu ce jour-là un papa, dont je savais qu’il vivait dans une chambre de bonne, venir avec ses trois filles adolescentes. Il est rentré avec la tête un peu baissée et à la sortie du restaurant, j’ai vu ses filles tourbillonner autour de leur père. »

" Il n’y a jamais eu un menu du pauvre ou un dîner du pauvre chez Tous à Table. La mixité sociale, c’est ce qui donne le « La », c’est ce qui est dans l’ADN du projet. "

Plus de 5 000 bénéficiaires de l’opération et 50 restaurants partenaires « Nous avons commencé par des rendez-vous mensuels à raison d’un samedi solidaire par mois dans un restaurant ».

L’association Tous à Table a ensuite organisé des restaurants éphémères solidaires, sur le même principe, dans le cadre de Paris Plage depuis cinq ans, puis un repas au restaurant aux Eurockéennes de Belfort accompagné d’un billet d’entrée gratuit…

Bilan : plus de 5 000 bénéficiaires reçus, 50 restaurants à Paris et en province, 4 Noëls solidaires, un festival gastronomique social et solidaire qui a accueilli 1 500 convives, dont près de 500 bénéficiaires recommandés par les partenaires de l’association, tous réunis autour d’une table commune avec la participation d’artistes et de grands chefs.

« Après avoir ouvert les portes des restaurants, j’ai également voulu ouvrir les portes des cuisines » : 50 ouvriers en insertion ont ainsi été accueillis dans le cadre de l’EMT (évaluation en milieu de travail). Une quarantaine de grands chefs ont participé aux actions de Tous à Table.

Le fondateur de l’association ne compte pas s’arrêter là. « Aujourd'hui, nous voulons voir plus grand et créer une véritable plateforme au service des organismes sociaux ». Cette plateforme leur permettra de prendre eux-mêmes rendez-vous pour leurs bénéficiaires. « Mon sentiment est que Tous à Table est un outil de prévention, mais c’est un outil de prévention de l’exclusion et de la désocialisation. »